Accueil > Blog > Morgann Dawance -Shak And Kai – Le vêtement recyclé, local et engagé

Morgann Dawance -Shak And Kai – Le vêtement recyclé, local et engagé

  • par

Morgann Dawance est un jeune entrepreneur, ingénieur commercial sorti de la Solvay Brussels School avec un master en Finance. Mais quel rapport avec l’économie circulaire me direz-vous ? Et bien si l’on enlève le fait que sa formation l’aide dans sa tâche de gérant-fondateur de Shak and Kai, pas grand-chose ! Si ce n’est que c’est durant ses études qu’il a découvert qu’il ne pourrait jamais travailler à l’encontre de ses valeurs. Alors, suivez-moi dans cet article pour découvrir plus en avant la personnalité de ce jeune entrepreneur de 25 ans qui voudrait changer le monde… ou du moins de l’industrie de la mode.

De faire un max de thunes à faire quelque chose pour l’environnement

C’est lors d’un cours en stratégie que le déclic s’est fait. Voir un professeur prôner l’entreprise Nike comme un modèle fut un réel choc pour Morgann. En effet, si d’un point de vue communication et stratégie business, l’entreprise est incroyable, d’un point de vue éthique, Morgann trouve qu’il en va tout autrement. En effet, il y a eu pas mal de scandales et il s’agirait donc de nuancer les propos et de ne pas prêcher l’absolu. Un bon exemple de communication oui, de valeurs, beaucoup moins !

Morgann Dawance 1
Morgann Dawance 2

Lorsqu’il est entré à Solvay, Morgann Dawance le dit lui-même, il était là pour se projeter dans une carrière et s’en mettre plein les poches. Il faut lui reconnaître son franc parlé. C’est assez rare pour être souligné. Mais après l’incident Nike, il réalise que, s’il s’engage sur cette voie, c’est-à-dire, celle toute tracée des grands cabinets de stratégie et/ou de consultance, il ne pourra jamais choisir ses missions. Il se retrouvera forcément à travailler pour des entreprises clientes du cabinet avec lesquelles il n’a vraiment aucune affinité; pire même, pour lesquelles il a un conflit de valeurs ! Impossible donc pour ce jeune qui se construit peu à peu au niveau, justement, de ces valeurs qui deviennent ses valeurs.

Une passion pour l’Océan

Depuis toujours, Morgann Dawance nourrit un amour et une passion pour l’Océan. Il fait de la plongée, du surf et bien d’autres activités encore. Pour lui, l’Océan est une source d’inspiration et , dès qu’il le peut, il y part pour s’y ressourcer.

C’était donc tout à fait normal qu’il associe son projet à sa passion. Un des dangers qui pèse sur les océans, c’est la pollution plastique. Et comme Boyan Slat – sur lequel nous avons déjà écrit un article – il se dit qu’il faut faire quelque chose pour améliorer la situation. Dans sa réflexion business, il incorpore donc tout naturellement cette donnée.

C’est décidé, une vente sera égale à ½ kilo de plastique ramassé sur les plages !

Une réflexion start-up au service de l’environnement

Si vous avez écouté l’épisode, vous vous en êtes sûrement rendu compte, Morgann Dawance a développé des valeurs fortes ! 

Il veut créer une entreprise pour pouvoir échapper au carcan “stratégico-consulting” (je vous rassure ce mot n’existe pas, mais je suppose que vous comprenez toutes et tous ce que je veux dire par là…) et rester libre d’exprimer ses convictions tout en vivant pleinement son aventure en parfaite adéquation avec ses valeurs. 

Il réfléchit donc à l’industrie qui pollue le plus pour pouvoir avoir un impact sur le monde… à son échelle évidemment. Il se renseigne et constate que l’univers du textile en général et le monde de la mode en particulier est responsable pour une grande part des émissions de carbone dans l’atmosphère.

C’est donc dans ce secteur qu’il se lancera.

La boucle est bouclée pour Morgann Dawance

Il prend le taureau par les cornes et analyse la chaîne de valeur de A à Z. L’exploitation du coton est consommatrice de beaucoup de ressources. Le prêt-à-porter engendre beaucoup de déchets. L’acheminement des marchandises a un coût énergétique énorme. Et je vous en passe… 

Il décide donc d’utiliser du coton recyclé. Mais les premiers tests ne sont pas concluants. Les fibres ne tiennent pas comme il faut et ça n’est pas agréable à porter. Il se renseigne davantage, cherche et creuse plusieurs pistes. Bingo ! En mélangeant le coton recyclé avec des fibres de plastique recyclées également, on obtient un fil résistant et agréable au toucher.  Il n’y a plus qu’à tisser pour obtenir un beau tissu. Ensuite, il faut confectionner les vêtements et on est go… Je ne sais pas si vous imaginez toutes ces étapes, mais ça n’est pas une mince affaire !

Surtout que sa réflexion est globale. Pour réussir et avoir un impact, son entrée dans l’économie circulaire (cf. l’épisode de Stéphanie Crespin) doit être totale. Il va donc permettre aux clients de renvoyer également leurs vêtements usés contre un bon à valoir sur un prochain achat. Ce qui lui est renvoyé sera réutilisé. Et voilà, la boucle est bouclée.

Un crowdfunding marathon

Morgann Dawance travaille seul  à ce projet et sa vision devient de plus en plus concrète. Mais on le sait : “Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin !”  C’est donc par le StarLab de Solvay qu’il sera accompagné dans le déploiement de ses idées. 

Finalement, il passera par un crowdfunding pour lever le capital nécessaire au lancement de sa marque “Shak and Kai” ! 

Vidéo Shak and Kai pour le crowdfunding

Une expérience hyper intéressante qui le mobilise jour et nuit pendant un mois et où au final, sur 8000 euros visés, il lèvera pas moins de 25000 euros. Soit, plus du triple ! C’est dire le travail accompli et l’intérêt que suscite son projet. 

Mais ici encore, on le sait depuis Le Cid de Corneille :

“Aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre des années”

Corneille – Le Cid

Shak And Kai

Le nom de son entreprise, Morgann Dawance, va le chercher dans ses influences liées à l’Océan. Shaka, c’est le signe de ralliement des surfeurs et Kai, veut tout simplement dire océan en Hawaïen. Mais il vous explique ça bien mieux que moi dans l’épisode.

Shaka
Le Shaka

Des influences diverses

Lorsque l’on demande à Morgann Dawance les influences qui l’ont marqué, il a une réponse pour le peu singulière, mais preuve d’une grande maturité. 

Il est très engagé d’un point de vue de l’écologie et admire Paul Watson, le fondateur de Sea Shepherd. On peut se le dire, ce n’est pas le plus modéré… Morgann en est conscient. Il le dit lui-même, d’habitude, quand on est sur cette montagne-là, on n’est pas ailleurs. Mais lui, voit une autre montagne, celle des entrepreneurs impactant.  C’est donc sans aucune gêne qu’il se dit aussi extrêmement impressionné et inspiré par Elon Musk. Morgan n’hésite pas à utiliser une métaphore que nous trouvons également très juste. Il y a deux montagnes et, moi, je les observe et m’en inspire depuis la vallée entre les deux. Nous aimons bien cette philosophie chez RSPCT. Ne pas être exclusif. On peut aimer une chose et une autre. Défendre une cause et une autre aussi. On n’est pas obligé de subir la dictature du “ou”. 

Il est aussi inspiré par le podcast de Matthieu Stefani, Génération Do It Yourself que l’on vous recommande chaudement si vous aimez les histoires d’entrepreneurs. Il y a d’ailleurs une chouette séquence dans l’épisode lorsque l’on parle de la fable du colibri racontée par Ludovic Dujardin , cofondateur de Petit Bambou.

Morgann Dawance – À la fin, on meurt tous !

Voici donc une phrase assez brutale, mais quand on vous parle de maturité, c’est aussi dans la conscience que ça se joue. Et c’est sans doute pour ce qu’il rajoute à cette phrase que Morgann Dawance colle parfaitement à l’image que l’on veut partager avec RSPCT. À la fin on meurt tous, certes, mais alors, autant laisser une trace positive ! Ce qui l’amène à sa seconde maxime :

“Je préfère me foirer que de ne pas essayer !”. 

Morgann Dawance

Conclusion

C’est aussi auprès de Tim Ferris qu’il puise certaines bonnes pratiques. Par exemple d’arrêter de s’en faire par rapport à ce que l’on pourrait penser de lui. 

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais nous, chez RSPCT, on adhère !

Écoutez cet épisode sur votre plate-forme préférée :

Liens et référence :

Notez cet épisode :

Yasr

Contactez RSPCT

Pour nous contacter, le meilleur moyen est d’utiliser les réseaux sociaux (liens en bas de cette page). Si vous avez aimé cet épisode, partagez le (à deux personnes) et laissez-nous une note (5 étoiles) sur Apple Podcast.

Retrouvez RSPCT sur les réseaux sociaux en suivant les liens suivants :

Un grand merci à Ruben pour l’habillage sonore du podcast. La musique vous plait ? Retrouvez le sur Soundcloud.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.