Accueil > Blog > S01#05 Fabrice Williquet – Physical Coaching Academy – Impacter un maximum de monde

S01#05 Fabrice Williquet – Physical Coaching Academy – Impacter un maximum de monde

  • par

Fabrice Williquet est un pur produit HEC Liège. Ingénieur commercial, il a commencé sa carrière de manière classique dans une « big four », est passé chez SAP et par bien d’autres entreprises. Bref, une carrière toute tracée pour un jeune homme parfaitement trilingue à la tête bien faite. Un point commun à tous ses jobs ? Il se rend compte qu’il aime entraîner les personnes à faire du sport avec lui.

Dans sa jeunesse, Fabrice est d’abord nageur. C’est son sport de base, mais très vite il se tournera également vers la course à pied et le vélo pour finalement se diriger vers un sport qui lui conviendra encore mieux : le triathlon. Il deviendra même président du RCBT (Royal Club Boitsfort Triathlon). Bref, vous l’aurez compris, Fabrice est passionné de sport.

Bienfaits et méfaits du sport

Très vite, il prend conscience que c’est un élément moteur de sa vie et il en voit les effets positifs et négatifs pour lui tant que pour la société. En effet, si le sport est bon pour la santé – c’est indéniable – l’excès de sport peut lui nuire ! Le sport intensif et extrême n’est pas idéal. Il est vrai que comme l’a écrit Sénèque: « L’excès nuit en tout ». Pourquoi le sport ferait-il exception à cet adage ? 

Wildest!Fotografie
Wildest!Fotografie

De plus, il se rend compte que dans le milieu sportif beaucoup de personnes sont valables, mais d’autres ne sont pas formées comme il se doit. Dans ces circonstances, c’est assez dangereux pour ceux qui se font entraîner par un coach qui agit à l’intuition, ce qui, généralement, n’est pas bon. Non, coach sportif ça demande une formation et une formation bien plus solide qu’on ne le pense.

Un passage décisif chez Ormit

Pendant ce temps, Fabrice rejoint l’entreprise Ormit. Cette entreprise s’occupe d’engager de jeunes talents à haut potentiel sur son payroll, de les former et de les accompagner sur plusieurs missions chez certains de leurs clients. Le jeune à haut potentiel se développe ainsi de manière épanouissante et les clients d’Ormit peuvent alors engager ou pas cette jeune recrue s’ils trouvent un accord. Ces jeunes sont régulièrement coachés et Fabrice commence à y voir de plus en plus clair. C’est à ce moment-là qu’il trouve ce qu’il appelle : “son why”. 

En effet, le sport à une place prépondérante dans sa vie et, finalement, tout ce qu’il entreprend tourne autour de ça. Il se rend compte que l’on peut capitaliser sur le sport pour une société meilleure dans laquelle les personnes sont plus épanouies. “Mens sana in corpore sano” en quelque sorte.

Des statistiques à la rescousse 

En ingénieur de formation qu’il est, c’est à grand coup de statistiques que Fabrice tourne le problème dans sa tête. Plus de personnes qui font du sport, c’est plus de personnes en bonne santé physique, ça on le savait déjà, mais psychique aussi… et ça, ça n’était pas si clair au départ. Mais quand on réfléchit, c’est évident. Une personne bien prise en charge d’un point de vue sportif sera plus détendue et plus sereine et, donc, plus à même d’être à l’écoute. Si le mauvais stresse diminue, il se transmettra moins aussi. Par exemple, un papa mieux dans sa peau accueillerait plus facilement les demandes d’un enfant que celui qui est stressé. Ça va de soi, mais ça n’est pas si évident au départ. 

On parle beaucoup de sport, mais il s’agit surtout d’activité physique. Les fameux 10.000 pas par jour des applications mobiles par exemple. Bref, Fabrice sent au plus profond de lui qu’il a la possibilité de faire la différence et d’impacter positivement la vie de beaucoup de personnes. Mais comment faire pour avoir un impact significatif ?

Physical coaching academy

C’est là qu’il créera la physical coaching academy. Une entreprise qui, par ses programmes hautement qualitatifs, forme des personnes à devenir de vrais coachs sportifs certifiés. Ceci dit, ça va beaucoup plus loin que ça. On vous invite d’ailleurs à vous rendre sur son site pour en savoir plus. (lien en bas de cet article)

Tout le monde peut se former. Il y a des kinésithérapeutes qui veulent se spécialiser, des coachs travaillant dans des salles de fitness, des “personal trainers”, etc. 

Cette entreprise permet d’aider aussi des personnes à se reconnecter à leurs passions sportives. En effet, beaucoup de coachs en devenir sont des personnes qui se réorientent. Des personnes qui ont déjà eu une carrière, qui ont toujours rêvé de ce métier, mais à qui peut-être des proches ont dit que : “le sport n’est pas un métier”. 

Un bel impact pour Fabrice Williquet

Actuellement plus de 600 coachs sportifs sortent de la Physical Coaching Academy chaque année. Mission remplie donc pour Fabrice Williquet qui réussit un effet de levier formidable pour mettre les personnes en mouvement. Si chaque coach s’occupe de 10 personnes, ça veut dire qu’il a un impact sur la vie de plus de 6000 individus ne fût-ce que sur une année. Gageons que certaines de ces personnes ont des familles et le chiffre grimpe encore… 

Ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières. Et ce qui se passe avec la Physical Coaching Academy n’est que le début. Bien des projets sont en cours et risquent bien d’avoir un impact positif sur bien plus de monde encore. Abonnez-vous aussi aux réseaux sociaux de la PCA pour en savoir plus, car pour le moment, c’est encore un secret. 

Des inspirations diverses et variées

Quand on demande à Fabrice Williquet s’il a été inspiré par certaines personnes, il répond sans hésiter son grand-père. Celui-ci s’est fort occupé de lui et était son plus grand supporter le long des triathlons auxquels Fabrice participait. Un homme cultivé, intègre et doté d’une qualité rare : une capacité à ne pas juger. 

Une anecdote : 

Fabrice participait à une course de type ironman qui s’appelle l’Embrunman à… Embrun comme son nom l’indique très justement. Cette course est réputée parmi les épreuves sportives les plus difficiles au monde. 
Quelle ne fut pas la surprise de Fabrice lorsqu’il vit parmi les supporters le long du parcours son grand-père l’encourageant avec un grand sourire et les yeux pleins de malice. Sans rien lui dire, ce dernier avait pris sa voiture et avait fait l’aller dans la nuit - plus de 1000 km - pour venir soutenir son petit-fils. Il repartait le lendemain. 
C’est avec beaucoup d’émotion que j’écris ces lignes. Parce que le grand-père de Fabrice est décédé cette année. Je le connaissais, nous le connaissions tous au club de triathlon. C’était une personne enthousiaste et très attachante. Que son âme repose en paix.  

A part son grand-père, Fabrice nous a donné une réponse assez inattendue, mais pertinente. Il a gardé en mémoire les personnes dont il ne voulait absolument rien retenir si ce n’est les choses à ne surtout pas reproduire. C’est évident que nous ne citerons pas les noms ici… 

Certains modèles de management l’ont également inspiré. Des modèles plus humanistes, et ce, surtout depuis qu’il a pu en constater les effets positifs. En effet, lors de cette crise covid 19, il s’est rendu compte que ce style de management faisait la différence entre des équipes qui se retroussent les manches pour aller de l’avant et celles qui, ne se sentant pas impliquées, allaient même jusqu’à quitter le navire en pleine tempête.  Beaucoup de modèles de management sont dépassés, mais toujours utilisés… par habitude sans doute. Espérons que ça change vite.

Le livre que Fabrice Williquet recommande 

Fabrice Williquet recommande un livre dont il raconte d’ailleurs très bien une histoire inspirante. Allez écouter l’épisode pour savoir de quoi il s’agit… ça se passe autour de la 36e minute.

Ce livre, c’est “Les 7 habitudes de ceux qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent” de Stephen Covey. Un “must read” dans le rayon des livres consacrés au développement personnel. Nous vous mettons bien évidemment, comme d’habitude, le lien ci-dessous.

La citation 

“Never assume, always ask”. 

Auteur inconnu

Est la citation qu’il s’efforce d’appliquer. Essayez, vous verrez que ça n’est pas si simple. En toute humilité, avouons que si tout le monde essayait de l’appliquer, nous éviterions bien des problèmes.

Conclusion

Très chouette épisode avec Fabrice Williquet où l’on constate que le fait de trouver sa voie permet à une personne d’avoir un impact positif sur la société. Dans son cas, le fait de participer à la mise en mouvement de milliers de personnes dans un cadre bien établi et sécurisé. En effet, les formations dispensées par la PCA sont reconnues pour leur grande qualité.

Écoutez cet épisode sur votre plate-forme préférée :

On en a parlé

Notez cet épisode :

Sélectionnez le nombre d'étoile pour voter :
[Total: 7 Average: 4.9]

Contactez RSPCT

Pour nous contacter, le meilleur moyen est d’utiliser les réseaux sociaux (liens en bas de cette page). Si vous avez aimé cet épisode, partagez le (à deux personnes) et laissez-nous une note (5 étoiles) sur Apple Podcast.

Retrouvez RSPCT sur les réseaux sociaux en suivant les liens suivants :

Un grand merci à Ruben pour l’habillage sonore du podcast. La musique vous plait ? Retrouvez le sur Soundcloud.

Pour en savoir plus sur le Podcast RSPCT, lisez notre article fondateur en suivant ce lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.