Accueil > Blog > S01#02 | Luc de Brabandere philosophie d’entreprise, Cartoonbase et Boston Consulting Group

S01#02 | Luc de Brabandere philosophie d’entreprise, Cartoonbase et Boston Consulting Group

  • par
Luc de Brabandere
Luc de Brabandere

Quels sont les points communs entre un ingénieur civil spécialisé en mathématiques, le directeur de la bourse de Bruxelles, un consultant de haut niveau du Boston Consulting Group, le fondateur de « CartoonBase« , un philosophe d’entreprise spécialisé au sujet de « penser la créativité et l’innovation », un auteur de plus de 18 livres, une personne qui au fur et à mesure de sa vie à planté quasi 5000 arbres et un grand-père passionné ? Vous séchez ? Le point commun c’est un chic type qui s’appelle Luc de Brabandere. Et ce que nous vous proposons ici, c’est de partir à la rencontre de cet homme plein de surprises.

Au cours de sa vie, Luc a été beaucoup de choses, mais si il devait se définir par un seul mot. Il choisirait : « grand-père ». En effet, Luc est émerveillé par ses petits-enfants et a découvert avec eux une nouvelle dimension qui prend tout son sens lorsque l’on regarde son parcours. Mais vous vous doutez bien que ce n’est pas uniquement en cette qualité que nous avons décidé, avec RSPCT, de l’interviewer.

Non, évidemment ! La raison pour laquelle nous avons décidé d’interviewer Luc de Brabandere, est double. D’une part, nous avons voulu l’entendre au sujet de l’entreprise Cartoon Base dont il est le fondateur. D’autre part, nous avons voulu l’entendre au sujet d’un engagement plus citoyen, dirons-nous. Mais in fine, si au départ nous étions surpris du mot qu’il a choisi pour se définir. Il prend tout son sens avec ce podcast. Luc, et ce, depuis toujours, est tourné vers les générations futures et tel est le fil rouge soutenant ses actions. La transmission ! En tout cas, c’est celui que nous avons perçu. Dites-nous après avoir lu cet article et écouté le podcast, si vous êtes de notre avis.

Luc de Brabandere et Cartoonbase, la genèse.

La bulle Internet

C’est en 2000 que Luc crée Cartoonbase. Son idée ? Réunir les compétences des deux hémisphères du cerveau pour mieux penser, mieux communiquer. Réunir donc des artistes et des consultants. Si vous l’avez vécu ou si vous êtes un tant soit peu renseigné, vous saurez que 2001 a vu un beau krach boursier arriver ayant pour origine l’explosion de ce que l’on a nommé la « bulle Internet ».

Comme l’explique Luc dans le podcast, une des causes de cet éclatement est sûrement le manque de réussite dans la rentabilisation des investissements liés à Internet. Comment y coller un modèle économique viable ? Cet article ne traitant pas de ce sujet, nous n’allons pas aller plus en avant dans les causes du Krach.

On va chercher des talents ailleurs

Toujours est-il que Luc reste là avec son entreprise qui, à ce moment, ne vaut rien. Que faire ? Tenir ! Et c’est là un mot qui reviendra souvent… tenir ! Et c’est en tenant bon qu’il proposera plus tard à deux jeunes de prendre un tiers de l’entreprise et de le rejoindre dans cette fabuleuse aventure. Ces deux jeunes sont Thomas Doutrepont et Martin Saive. Ils n’acceptent pas tout de suite surtout que Luc est assez honnête pour leur dire que certes il leur donne des parts, mais que valent des parts d’une entreprise qui ne vaut rien… encore… vaste sujet. Bref, ils accepteront un peu plus tard, car Luc les veut à bord tous les deux ou pas l’un sans l’autre.

Pourquoi cette requête ? Tout simplement pour la même raison qu’il a créé Cartoonbase. La complémentarité. La complémentarité des profils est cruciale. Il citera d’ailleurs de célèbres duos : Rolls Royce, Steve Jobs et Steve Wozniak, Bill Gates et Paul Allen, par exemple. La complémentarité est une vertu et les horizons différents également. Les deux jeunes qu’il a contactés auraient pu faire chacun une belle carrière individuelle de leur côté, mais Cartoonbase les réunira autour d’un projet commun qui dépasse et donne envie. 

Le côté positif sous-jacent.

Ça donne envie parce que l’idée première de Luc était également d’aider les artistes et plus particulièrement les cartoonistes de presse qui se faisaient de plus en plus rares au fur et à mesure que la vidéo prenait le dessus sur l’écrit et que les tirages des journaux s’essoufflaient.

Le dessinateur de presse et le caricaturiste sont comme le mathématicien. Ils modélisent ! Ils ont cette capacité à simplifier les choses, à saisir l’essence même d’un sujet. Il y a quelque chose de magique dans ce phénomène. C’est donc également dans une optique de nécessité que Luc verra son projet. La nécessité de pouvoir donner du travail à des artistes de talent.

Et avec Thomas et Martin, ils y arrivent puisque Cartoonbase développe un très beau chiffre d’affaires actuellement (nous sommes en 2020). Ce qui permet d’avoir des artistes sous CDI, ce qui est assez rare et plutôt encourageant pour ces derniers. Mais pour en savoir davantage, je vous propose d’écouter l’épisode du podcast dans lequel Luc développe ça bien mieux que moi.

Luc de Brabandere et les arbres ?

L’autre raison pour laquelle nous avons voulu interviewer Luc de Brabandere c’est son impact positif sur l’environnement. En effet, durant sa vie, Luc a planté (fait planté dirons-nous) plus de 5000 arbres. Pas mal, non ? Certains de ces arbres sont maintenant cinquantenaires et, pour les plus récents, ils ont été plantés voilà 7 années. C’est un véritable bois que Luc a fait planter. Ce bois s’appelle d’ailleurs le « Bois de Julos » en référence au poète belge Julos Beaucarne à qui il a acheté le terrain sur lequel se trouvent ces arbres. 

L’analogie

C’est par analogie que Luc a eu l’idée de ce bois. Plusieurs années en arrière, il avait participé, sous la houlette du beau père de son fils (ouf, vous me suivez ?) aux travaux que cet architecte de formation avait décidé de mener pour les scouts d’Enghien. Pour ses 60 ans, il avait demandé à ses amis de l’aider à ajouter 30% aux bâtiments de l’unité.

Luc trouvait ce projet vraiment beau et se disait qu’il aimerait aussi apporter sa pierre à l’édifice. Mais n’étant pas architecte, il a décidé de s’occuper du côté jardin et s’est donc dit qu’il ouvrirait ce bois aux scouts d’Enghien qui manquent cruellement de place pour s’amuser. C’est ce qu’il fera dans 3 années lorsque les arbres y seront suffisamment forts. Preuve qu’il a pensé ce projet dès le départ, c’est qu’au milieu de ce bois, il y a une clairière aux extrémités de laquelle il a planté 4 arbres pour faire des goals de foot 😉

Transmettre

C’est aussi une façon de transmettre pour Luc. Ses enfants ont tous fréquenté cette unité et les mouvements de jeunesse lui tiennent à coeur. Par la mise à disposition du « bois de Julos » aux générations futures, c’est aussi un beau projet qui va voir le jour. 

Plus qu’un double impact positif !

Avec ses deux projets, on peut vraiment dire que les actions de Luc de Brabandere ont une influence positive sur notre société. D’un côté des artistes qui peuvent continuer à nous enchanter de leur créativité et qui aident les entreprises à se réinventer, et de l’autre, un alvéole pulmonaire planté au milieu des champs pour enchanter les petits et les grands amoureux de la forêt.

Mais Luc, c’est aussi une personnalité attachante et un esprit vif qui apporte bien plus qu’il ne le pense… ne fût-ce que par l’impact positif qu’une rencontre avec lui peut avoir sur les personnes qui ont la chance de pouvoir le côtoyer, l’écouter ou le lire ? Il donne également de nombreuses conférences extrêmement intéressantes sur la créativité et est l’auteur de 18 livres dont le petit dernier est : « Petite Philosophie des arguments fallacieux.  » aux éditions Eyrolles. Nous l’avons bien évidemment lu et nous nous sommes régalés ! On vous le conseille.

Donner faim…

Quand on lui a posé la traditionnelle question de recommander un ouvrage à nos auditeurs, Luc nous a fait part d’une réflexion intéressante. Il n’aime pas apporter de la nourriture chez une personne dont il ne connaît pas les goûts. Et plutôt que de partager un ouvrage qu’il trouve bon, il nous a donné le titre d’un livre qui lui a ouvert l’appétit… qui lui a donné faim. On trouvait ça très juste et même assez joli comme formule. Le livre qui lui a donné faim au sujet de la philosophie dont il a fait son métier est : ‘L’étonnement philosophique : une histoire de la philosophie » de Jeanne Hersch.

Conclusion

Vous l’aurez compris, notre invité a connu bien des aventures tant sur le plan business que sur le plan personnel et public. Mais Luc livre encore bien d’autres choses dans l’épisode que nous avons enregistré. On vous encourage donc à aller l’écouter. Pensez à vous abonner à notre newsletter pour être au courant des épisodes consacrés à d’autres invités. Merci de nous mettre 5 étoiles à l’évaluation du podcast. Ça nous aide à être mieux référencés. 

Nous souhaitons le meilleur à Luc et avons hâte de continuer à le lire que ça soit dans ses livres ou ses tribunes récurrentes dans La Libre Belgique. Merci pour ton impact positif sur notre société !

Écoutez cet épisode sur votre plate-forme préférée :

On en a parlé :

Notez cet épisode :

Sélectionnez le nombre d'étoile pour voter :
[Total: 4 Average: 5]

Contactez RSPCT

Pour nous contacter, le meilleur moyen est d’utiliser les réseaux sociaux (liens en bas de cette page). Si vous avez aimé cet épisode, partagez le (à deux personnes) et laissez-nous une note (5 étoiles) sur Apple Podcast.

Retrouvez RSPCT sur les réseaux sociaux en suivant les liens suivants :

Un grand merci à Ruben pour l’habillage sonore du podcast. La musique vous plait ? Retrouvez le sur Soundcloud.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.